Le chercheur par excellence !

La Tortue l'ile paradisiaque ignorée d'Haïti

20/07/2013 13:12

La Tortue l'ile paradisiaque ignorée, meprisée, oubliée d'Haïti

Île  de la Tortue                                                                                                                                                                                                                                                                          Nom d'Indien  : Gusaeni Cahini                                                                                                                                                                                                                                            Pays  :  Haïti                                                                                                                                                                                                                                                                       Département  :  Nord-Ouest                                                                                                                                                                                                                                            Localisation  :  Ocean Atlantique                                                                                                                                                                                                                                             Longue  :  de 37 km                                                                                                                                                                                                                                                          Largeur :  7 km                                                                                                                                                                                                                                                                  Traversee  :  16 km de séparation de Port-de-Paix                                                                                                                                                                                                    Superficie  : 190 km²                                                                                                                                                                                                                                                               Côte  :  80 km                                                                                                                                                                                                                                                                           Point culminant  :  459m                                                                                                                                                                                                                                                            Population  : 40 000 hab. 2012                                                                                                                                                                                                                                                   Densité  : 160 hab./km²

 

L’île de la Tortue en espagnol Isla de la Tortuga est une île de l’océan Atlantique, Longue de 37 km sur 7 km de large et 16 km de séparation de Port-de-Paix, située au Nord-Ouest de l’actuelle république d’Haïti. Cette ile est nommée ainsi parce que les Espagnols l'avait baptisée « Tortuga de mar » ("Tortue de mer") d'ou elle doit son nom à une montagne dont sa ressemblance de loin à une tortue au repos du fait de sa forme.

Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1492, Après la découverte de Mole St Nicolas, Christophe Colomb et son équipage sont les premiers Européens à découvrir l'île de la Tortue, alors qu'ils établissent une colonie sur Hispaniola (la grande île) juste en face. Au début du XVIIe siècle, peu d'Espagnols sont établis sur l'île de la Tortue, ils cultivent le tabac au sud depuis 1598. Au XVIIe siècle l'île est située non loin des voies de commerce de l'Espagne avec ses colonies, une position stratégique pour les futurs flibustiers. Dès 1620 le capitaine Charles Fleury, naguère associé au pirate Jacques Barc aborde sur les côtes de Saint Domingue en compagnie des corsaires capitaine Lucifer, d'un anglais Arthur Guy et de Messieurs de Montreuil et de Saint-Georges. C'est en 1629 qu'une équipe envoyée ou menée par Estambuc colonise la Tortue, en expulsant les Espagnols.

L'Île de la Tortue de nom indien <<Gusaeni Cahini>> est nommée ainsi parce que les Espagnols l'avait baptisée « Tortuga de mar » ("Tortue de mer") du fait de sa forme. Elle est le premier territoire de Saint Domingue colonisé par la France, les Espagnols étant fortement présents sur l'île principale (Hispaniola), et faiblement présents sur la Tortue. L'histoire coloniale de la Tortue comporte deux grandes périodes, les XVIIe et XVIIIe siècles. Le XVIIe siècle est l'âge d'or de la flibuste dont la Tortue devient la capitale régionale. Le XVIIIe siècle est marqué par un déclin relatif, face à la Grande Ile devenue Française par le traité de Ryswick en 1697. L'île de la Tortue sert alors surtout de refuge pour la qualité de son climat réputé sain, et pour sa sécurité lors de la période révolutionnaire (c'est là que Leclerc décède en 1802).

La période de la flibuste verra se constituer une société Européenne comprenant des Anglais, des Français et des Hollandais. Ils adopteront une organisation sociale de type républicaine "les frères de la côte", qui comportera un embryon de "sécurité sociale" pour les blessures reçues au combat. Cette société restera soudée malgré les affrontements des puissances nationales de "tutelle". À la fin du XVIIe siècle la flibuste déclinante s'installera en Jamaïque à Port Royal (Kingston) et à Nassau aux Bahamas (New Providence), elle sera alors dominée par des Anglais comme Henry Morgan.

Le 6 décembre 1492, Christophe Colomb et son équipage sont les premiers Européens à découvrir l'île de la Tortue, alors qu'ils établissent une colonie sur Hispaniola (la grande île) juste en face. Au début du XVIIe siècle, peu d'Espagnols sont établis sur l'île de la Tortue, ils cultivent le tabac au sud depuis 1598. À l'Est les côtes de l'île sont inhospitalières (côte de fer), alors qu'à l'Ouest, elles sont abritées et présentent des mouillages accessibles entre des bancs de coraux et le littoral. Au XVIIe siècle l'île est située non loin des voies de commerce de l'Espagne avec ses colonies, une position stratégique pour les futurs flibustiers. Dès 1620 le capitaine Charles Fleury, naguère associé au pirate Jacques Barc aborde sur les côtes de Saint Domingue en compagnie des corsaires capitaine Lucifer, d'un anglais Arthur Guy et de Messieurs de Montreuil et de Saint-Georges. C'est en 1629 qu'une équipe envoyée ou menée par Estambuc colonise la Tortue, en expulsant les Espagnols.

Au Sud-Est de l'île il existe une rade naturelle d'environ 700 m sur 400 m délimitée par des bancs de coraux et le littoral, avec 11m de profondeur. Il existe deux passes, l'une de 150 m au Sud avec 5m de tirant d'eau (entrée) et l'autre de 75 m au Nord avec 3 m de tirant d'eau (sortie pour moins de 100 tx). C'est là que se sont établis les premiers colons avec un village nommé "Basse terre". Une seconde rade plus petite existe 2 km à l'Ouest, avec le village de Cayonne (port Vincent). Cette rade naturelle est protégée des cyclones qui traversent la mer des Antilles d'Est en Ouest entre juillet et octobre. C'est cette rade, le littoral situé entre Basse terre et Cayonne et les hauteurs en surplomb qui vont abriter la capitale pirate de la première république, celle des "frères de la côte".

La Tortue possédait alors une ressource de valeur, le bois de brésilet, dont on extrayait une teinture rouge pour les étoffes. On y trouvait aussi l'arbre à chandelles (Morella cerifera), une espèce d'arbuste de la famille des Myricacées dont les baies donnent une cire utilisée dans la fabrication des chandelles qui, une fois allumées, brûlent avec une flamme aussi claire que celle d'une bougie.

En face de la Tortue, la partie occidentale de l'île d'Hispaniola. Elle est abandonnée par les Espagnols depuis 1605 car ils ne pouvaient plus la défendre des razzias venus de la mer; elle héberge de nombreux bœufs retournés à l'état sauvage et d'autres gibiers en abondance. Mais cette "terre ferme" est surveillée par les Espagnols; il est plus sûr pour ceux que l'on appellera les boucaniers de s'établir sur la Tortue; ils y préparent la viande par fumage. Les boucaniers sont principalement Français. Ils font commerce avec les vaisseaux de passage; ceux qui rallient les colonies espagnoles; du moins jusqu'à l'établissement de la flibuste.

Au Sud de l'île, il y a suffisamment de terres pour cultiver le tabac, autre approvisionnement nécessaire aux bateaux. C'est la première activité des quelques Espagnols présents.

En 1640 : le Huguenot, François Levasseur prend le contrôle de l’île pour le roi de France Louis XIII, avec le titre de gouverneur. C'est lui, ancien ingénieur militaire, qui fait édifier le premier point d'appui, le Fort de La Roche (ou fort de Rocher, ou fort La Rochelle, ou encore fort Levasseur), puis fort du Saint-Sacrement. Il fera venir des centaines de prostituées européennes pour mettre fin aux unions homosexuelles, dérivées du "matelotage", une tradition au sein des pirates et boucaniers.

En 1665, Louis XIV nomma Bertrand d’Ogeron2 nouveau gouverneur "de l'isle de la Tortue et Coste Saint Domingue". D’Ogeron avait mené la vie de boucanier sur la côte à Petit-Goâve et celle de planteur à Léogâne et à Port-Margot. Il contribua au peuplement de Saint Domingue en assurant le transport de centaines d’engagés, qui en échange du voyage devaient travailler 3 ans (on les appelait les "36 mois"). Il vendra aux enchères, aux flibustiers et aux boucaniers, des femmes qu’il a fait venir d’Europe.

En 1683, Pierre-Paul Tarin de Cussy prend la charge d'exécuter les instructions de Louis XIV de réduire la flibuste jugée trop turbulente et gênante pour les manœuvres diplomatiques de la France en Europe. Mais jusqu'à 1691 celui-ci continuera à délivrer des "lettres de course" et à organiser des expéditions de pillage (Saint Yague)

Cette période de la flibuste connaît une amorce de déclin avec la Trêve de Ratisbonne (1684). Mais la Guerre de la Ligue d'Augsbourg (guerre de 9 ans) qui suit relance son activité. L'expansion de la flibuste ne sera vraiment entravée qu'à la suite de la conclusion de cette guerre par le traité de Ryswick en 1697. Le rôle principal à Saint Domingue sera transféré à la ville du Cap Français créée en 1674 sur la grande île d'Hispaniola en face.

En 1640 François Levasseur fait construire au-dessus de Basse terre (environ 700 m) le Fort de La Roche qui peut abriter 300 hommes et 24 canons. Une grotte permet de stocker des vivres et munitions, une source fournit l'eau nécessaire. Il est situé à 20°,-72.7°, des traces sont encore visibles aujourd'hui. Il a été bâti avec une structure en étoile et 2 redans, des terrasses permettaient de protéger des hommes supplémentaires. Après l'assassinat de Levasseur en 1652 pour des raisons présumées à la fois de femme et religieuses, le fort est renommé fort du Saint Sacrement.

Le fort va résister à toutes les attaques, dont une Espagnole avec 800 hommes (dixit Oexmelin), et une Anglaise en 1648.

Les flibustiers, boucaniers et autres marchands constituent rapidement une société organisée sous le nom de "frères de la côte". Il s'agit pour l'époque d'une organisation sociale quasi républicaine. Les frères de la côte sont égaux entre eux, il n'y a pas de préjugés raciaux, ni sexuels (homosexualité et plus tard des femmes capitaine), pas de propriété individuelle de la terre. Les capitaines sont élus et révocables, la sécurité entre les membres est garantie et il existe une forme de "sécurité sociale". L'accord de "Chasse-partie" qui règle à chaque opération le partage du butin, prévoit une part pour indemniser les blessés. Une fois ce contrat signé les membres de l’équipage s’associent deux à deux en vue de s’entraider en cas de maladie ou de blessure. Ce « matelotage » comporte aussi un testament dans lequel celui qui décède donne tous ses biens à son compagnon. Le matelotage s'accompagne parfois d'unions homosexuelles. Le code était le suivant:

Pour la perte d'un œil : 100 écus ou un esclave.

Pour la perte des deux : 600 écus ou six esclaves.

Pour la perte de la main droite ou du bras droit : 200 écus ou deux esclaves.

Pour la perte d'un doigt ou d'une oreille : 100 écus ou un esclave.

Pour la perte d'un pied ou d'une jambe : 200 écus ou deux esclaves.

Pour la perte des deux : 600 écus ou six esclaves.

Il est à noter que les esclaves étaient en général des prisonniers qui pour l'essentiel étaient européens (Espagnols, marins, etc.). L'esclave était également le premier grade d'une forme de noviciat qui pouvait durer assez longtemps. Des esclaves noirs récupérés sur les navires de traite Espagnols ou Portugais étaient parfois revendus, parfois intégrés à la communauté ou libéré dans l'île (marronnage). Pour faire face à l'homosexualité à plusieurs reprises il est fait venir des prostituées d'Europe (en plus des femmes prises en course).

En cas de conflits un conseil de "sages", constitué des plus expérimentés statuait au cas par cas. Certains auteurs voient une influence des templiers caractérisée par l'écriture cryptographique utilisée pour les plans des caches de butin.

En 1493, la bulle pontificale Inter Coetera II du pape Alexandre VI réserve les terres d'Amériques découvertes par les espagnols et les portugais à ces pays: "Nous défendons à tous autres, sous peine d'excommunication, de s'y rendre et d'y faire commerce sans notre permission". Bien que François Ier conteste, il y a un risque sérieux qui est plus facilement pris par les huguenots. D'autant que le "nouveau monde" se présente comme une opportunité pour la réforme protestante. L'amiral Gaspard de Coligny, ministre de Charles IX, commence à proposer à des corsaires des "lettres de course" en contrepartie d'une contribution à la cause protestante. Ces lettres sont sans ambigüité "Faire la guerre, courir sus et endommager les ennemys et adversaires de la religion réformée sur tous vaisseaux et sur toutes nations indifféremment"3. Les Espagnols vont considérer les corsaires français comme des protestants4. Gaspard de Coligny sera tué à l'occasion de la Saint Barthélémy. En 1586, Francis Drake met à sac ce qui est alors la colonie espagnole de Saint-Domingue. Vers 1640 François Levasseur tente de faire des "frères de la côte" une quasi république huguenote. Les Huguenots fonderont, par ailleurs, la colonie de la Floride française, qui fut un territoire colonial éphémère au XVIe siècle.

Au terme d'un XVIIe siècle de sang et de feu, la Tortue s'assagit. Les centres de la flibuste se déplacent pour laisser la place au développement de l'économie de Saint Domingue qui deviendra le "grenier à sucre" de l'Europe. Ses exportations dépasseront en valeur celle de l'Amérique proche.

En 1770 la famille de César Gabriel de Choiseul-Chevigny devient propriétaire de l'île et relance les plantations de tabac. À partir de 1791, à la suite des révoltes d'esclaves dans le nord de Saint Domingue des centaines de colons s'installent à la Tortue.

La Tortue sera peu à peu oubliée si ce n'est pour la qualité de son climat et l'absence de fièvre jaune. En 1802 le général Leclerc malade, s'y réfugie, et y meurt. C'est par elle qu'est arrivée la colonisation de Saint Domingue. Avec l'indépendance de Saint Domingue, la Tortue va sombrer dans l'oubli, elle appartient au cycle Européen de l'histoire, notamment dans sa dimension maritime.

Elle est le premier territoire de Saint Domingue colonisé par la France, les Espagnols étant fortement présents sur l'île principale (Hispaniola / Ayti), et faiblement présents sur la Tortue.Elle fut un bastion pour les pirates qui écumaient la mer des Caraïbes au XVIIe siècle. Elle fait partie d’un bloc tectonique distinct du reste de l’île d’Ayti ; très accidentée avec une crête centrale, des terrasses au nord, un sol sablo-limoneux sur les côtes et argileux/acide sur les hauteurs qui atteignent 450m. La côte sud a des plages et des récifs exceptionnels.

Au Sud-Est de l'ile, il existe une rade naturelle d'environ 700 m sur 400 m délimitée par des bancs de coraux et le littoral, avec 11m de profondeur. Il existe deux passes, l'une de 150 m au Sud avec 5m de tirant d'eau (entrée) et l'autre de 75 m au Nord avec 3 m de tirant d'eau (sortie pour moins de 100 tx). C'est là que se sont établis les premiers colons avec un village nommé "Basse Terre". Une seconde rade plus petite existe 2 km à l'Ouest, avec le village de Cayonne (Port Vincent). Cette rade naturelle est protégée des cyclones qui traversent la mer des Antilles d'Est en Ouest entre juin et Novembre. C'est cette rade, le littoral situé entre Basse terre et Cayonne et les hauteurs en surplomb qui vont abriter la capitale pirate de la première république de l'ile, celle des "frères de la côte".

L'histoire coloniale de la Tortue comporte deux grandes périodes, les XVIIe (Dix Septieme) et XVIIIe (Dix Huitieme) siecle : Le XVIIe siècle est l'âge d'or de la flibuste dont la Tortue devient la capitale régionale. Le XVIIIe siècle est marqué par un déclin relatif, face à la Grande Ile devenue Française par le Traité de Ryswick en 1697. L'île de la Tortue sert alors surtout de refuge pour la qualité de son climat réputé sain, et pour sa sécurité lors de la période révolutionnaire (c'est là que le general Leclerc fut envolé pour l'éternité en 1802 d'apres l'histoire).

La période de la flubuste avait constituée une société Européenne comprenant des Anglais, des Français et des Hollandais. Ils adopterent une organisation sociale de type républicaine "les frères de la côte", qui comportaient un embryon de "sécurité sociale" pour les blessures reçues au combat. Cette société restait soudée malgré les affrontements des puissances nationales de "tutelle". À la fin du XVIIe siècle la flibuste déclinante s'installait à Port Royal (Kingston) en Jamaique et à Nassau aux Bahamas, elle sera alors dominée par des Anglais

La Tortue possédait alors une ressource de valeur, le bois de brésilet, dont on extrayait une teinture rouge pour les étoffes. On y trouvait aussi l'arbre à chandelles (Bois chandel) (Morella Cerifera), une espèce d'arbuste de la famille des Myricacées dont les baies donnent une cire utilisée dans la fabrication des chandelles qui, une fois allumées, brûlent avec une flamme aussi claire que celle d'une bougie.

Avec la géologie de l'ile de la Tortue, ses sites naturels d’une beauté exceptionnelle, ses plages (l’une d’elles, « La Pointe-Ouest », a été désignée par la revue de tourisme Condé Nast, une des 5 plus belles plages des caraïbes) est une plage absolument sublime.L'eau y est d'une limpidité incroyable, le sable d'un blanc éblouissant. En y allant elle peut-etre tres adoré mais ce n'est pas pour tout le monde car tout doit être planifié par manque de structures d'accueil 

  Vue de la Pointe-Ouest, Ile de la Tortue, Haiti

sans oublier le mouillage anglais, ses récifs, ses montagnes, ses vestiges historiques tels les differents forts et culturels, son histoire authentique des Boucaniers et des Flibustiers, l’île a un potentiel touristique évident et extraordinaire pouvant apporter des millions de dollars americains au pays, malgre mepriser par nos dirigeants rien ne sont jamais faits. Elle dispose également de terres argileuses qui se prêteraient facilement à la fabrication de poteries et de briques entrant dans la construction de maisons et autres ouvrages d’art.           

Vue de la plage Mouillage Anglais, Ile de la Tortue, Haiti

En effet, selon le directeur général du Bureau des Mines et de l'Energie, Dieuseul Anglade, qui déplore le fait que depuis les années 70 la recherche pétrolière avait été abandonnée en Haïti. des recherches d'exploration de gisement pétrolier sont annoncées par la société pétrolière et gazière haïtienne : Pétro Gaz-Haïti S.A. L'île de la Tortue, le Plateau central, la plaine du Cul-de-Sac / le Golfe de la Gonâve, l'île de la Gonâve et la plaine des Cayes sont les cinq zones intéressent particulièrement la compagnie Pétro Gaz-Haïti dans le cadre des recherches exploratoires de pétrole dans le sous-sol haïtien. Plusieurs zones dans le pays disposent des indices d'existence du pétrole. « Le contexte géologique est favorable pour l'existence du pétrole en Haïti », a affirmé,le DG du Bureau des Mines dans un article paru dans Le Nouvelliste le mercredi 18 avril 2012,

L'ile de la Tortue développe au nord des falaises battues par la houle tellement inaccessibles qu’on l’appela la « côte de fer ou derriere nan nord ». Sa côte Sud "sous le vent" offre d’excellents refuges bien abrités.Par exemple a la "Basse-Terre" constituait au XVIIe siècle un centre de trafic du tabac cultivé sur l’île, du cuir préparé par les boucaniers sur la grande terre de l’île d’Ayti, et des butins faits au dépens des Espagnols. Cela fit à la Tortue une réputation de meilleur repaire des flibustiers des Caraïbes. C’est sur cette île que naquit, pour se protéger des attaques espagnoles, la confrérie des Frères de la Côte, constituée de Flibustiers, de Boucaniers et d’Habitants ou planteurs.

En face de la Tortue, la partie occidentale de l'île d'Ayti (Haiti/Hispaniola). Elle est abandonnée par les Espagnols depuis 1605 car ils ne pouvaient plus la défendre des razzias venus de la mer; elle héberge de nombreux bœufs retournés à l'état sauvage et d'autres gibiers en abondance. Mais cette "terre ferme" est surveillée par les Espagnols; il est plus sûr pour ceux que l'on appellait les boucaniers de s'établir sur la Tortue; ils y préparaient la viande par fumage. Les boucaniers sont principalement Français. Ils font commerce avec les vaisseaux de passage; ceux qui rallient les colonies espagnoles; du moins jusqu'à l'établissement de la flibuste.

Au Sud de l'île, il y a suffisamment de terres pour cultiver le tabac, autre approvisionnement nécessaire aux bateaux. C'est la première activité des quelques Espagnols présents.

En 1640 : Francois Levasseur a pris le contrôle de l’île pour le roi de France Louis XIII, avec le titre de gouverneur. C'est lui, ancien ingénieur militaire, qui faisait édifier le premier point d'appui, le Fort de la Roche (ou fort de Rocher, ou fort La Rochelle, ou encore fort Levasseur), puis fort du Saint-Sacrement. Il faisait venir des centaines de prostituées européennes pour mettre fin aux unions homosexuelles, dérivées du "matelotage", une tradition au sein des pirates et boucaniers.

En 1665, Louis XIV (14) nomma Bertrand d'Ogeron nouveau gouverneur "de l'ile de la Tortue et Coste Saint Domingue". D’Ogeron avait mené la vie de boucanier sur la côte à Petit-Goave et celle de planteur à Leogane et à Port-Margot. Il contribua au peuplement de Saint Domingue en assurant le transport de centaines d’engagés, qui en échange du voyage devaient travailler 3 ans (on les appelait les "36 mois"). Il vendra aux enchères, aux flibustiers et aux boucaniers, des femmes qu’il a fait venir d’Europe.

En 1683, un certain Pierre-Paul Tarin de Cussy prend la charge d'exécuter les instructions de Louis XIV de réduire la flibuste jugée trop turbulente et gênante pour les manœuvres diplomatiques de la France en Europe. Mais jusqu'à 1691 celui-ci continuera à délivrer des " lettres de course" et à organiser des expéditions de pillage.

Cette période de la flibuste connaît une amorce de déclin avec la Treve de Ratisbonne en 1684. Mais la Guerre de la Ligue d'Augsbourg (guerre de 9 ans) qui suit relance son activité. L'expansion de la flibuste ne sera vraiment entravée qu'à la suite de la conclusion de cette guerre par le traité de Ryswick en 1697. Le rôle principal à Saint Domingue sera transféré à la ville du Cap Francais aujourd'hui Cap Haitien créée en 1674 sur la grande île d'Ayti (Hispaniola) en face.

En 1640, François Levasseur fait construire au-dessus de la Basse-Terre (environ 700 m) le Fort de La Roche qui peut abriter 300 hommes et 24 canons. Une grotte permet de stocker des vivres et munitions, une source fournit l'eau nécessaire. Il est situé à 20°,-72.7°, d'ou les traces de ce fort sont encore visibles a l'ile de la Tortue pouvant servir aux visites touristiques aujourd'hui. Il a été bâti avec une structure en étoile et 2 redans, des terrasses permettaient de protéger des hommes supplémentaires. Après l'assassinat de Levasseur en 1652 pour des raisons présumées à la fois de femme et religieuses, le fort est renommé fort du Saint Sacrement.Ce fort va résister à toutes les attaques, dont une Espagnole avec 800 hommes, et une Anglaise en 1648.

.Les Forts et Grottes de l’Ile de la Tortue Le fort de la Rochelle :
le fort de la Rochelle a été construit en 1639, c’était la principale forteresse de l’île (70 m de haut). Le fort fut bâti avec une structure en étoile et de deux Bastions. Des terrasses permettaient de protéger des hommes supplémentaires. Il a été construit autour d'un rocher escarpé, au centre d'un plateau dominant la colline. Levasseur avait son réduit, qu'il nomma pigeonnier. Il n'y avait qu'un seul chemin que l'entrée autorisée jusqu'à l'intérieur du bâtiment. La première moitié de ce chemin était un escalier de pierre sculpté dans la roche elle-même. La seconde moitié était une échelle qui était abaissée par le haut, comme un pont-levis.Vous le repérerez parfaitement de par sa forme et la présence de la source qui a été captée. Il est situé à 760 m de la mer

Le Fort d’Ogeron a été construit en 1666 à 240 m de la mer. Selon l’histoire ancienne, Bertrand d’Ogeron avait construit sa maison sur cette Pierre, une échelle lui servait d’escalier.

La grotte au bassin : Situé à 6 km à l’est du village des Palmistes, c’est la principale grotte de l’île. On y trouve une sculpture précolombienne de 10 m de hauteur représentant une femme.
Le visage régulier apparaît sous une couronne étoilée qui supporte la voûte.
Vous observerez la longue chevelure sculptée qui descend sur le corps de la femme et les sandales à ses pieds.
La voûte des églises :
A cet endroit, des spéléologues ont découvert au lieu dit Ravine-Trésor, cette grande grotte est composée de 14 chambres. D’étranges phénomènes hallucinatoires frapperaient tout visiteur osant s’y aventurer !
La grotte de la Galerie :
Situé à 1 km du Trou d’Enfer. Les amateurs de grottes en trouveront une autre avec des inscriptions précolombiennes au bord de l’eau près de Basse Terre

Les différents ports de L’ile de la Tortue : Port de Cayonne

Le port de Cayonne est surnommé port Vincent, avait tenu pendant longtemps le flambeau de l’Economie de l’Ile. Il a perdu cette réputation depuis plus d'une decennie.

Port de Pointe oiseux

Sur le plan economiquement, ce port est le plus important de l’Ile actuellement. Il se situe en face de La Pointe des Palmistes sur la grande terre, 2e section communale de Port-de-Paix.

  

Port Basse Terre                                                                                                    Ce port fut le bastion de l’histoire des flibustiers sur l'Ile de la Tortue. Economiquement, il pourrait représenter grand chose pour l’Ile dans la mesure ou les concernes prennent leur responsabilite,

Port de Maye : Si ce port est amenage ,il pourrait etre l'un des plus beaux de l'ile mais en termes d’activités économiques, il peut etre classer au 2eme rang .

Chronologique de le l'Ile de La Tortue ""Cahini>>

S'attachant affection et respect des flibustiers pourtant habitués à n'obéir qu'à eux-mêmes, l'angevin Bertrand d'Ogeron, nommé gouverneur de l'île de la Tortue et de Saint-Domingue en 1665, ouvre à la France le chemin d'une terre destinée à devenir l'une de ses plus riches colonies, sans quémander ni argent, ni secours, ni provisions, ni encouragements.

En 1802, Pauline Bonaparte et son mari, le général Leclerc, s’y rendaient souvent et avaient transformé cette île en un délicieux séjour.                                                                  

Le 2 novembre 1802, le général Leclerc y décéde de la fièvre jaune. On visite encore aujourd’hui les vestiges de leurs habitations.                                                                            

En décembre 1802, le général Capois fit incendier les établissements français de l’île de laTortue.                                                                                                                                  

En mars 1803, l’île fut ruinée et abandonnée par une nouvelle insurrection.                                                                                                                                                                       

Le 29 Mai 1883 L'ex-president Louisius Salomon offre de céder l'île de La Tortue aux américains, en échange pour sa protection contre une éventuelle attaque étrangère. Les Etats-Unis y refusent.

Le 8 Novembre 1883 Ce meme ex-president Louisius Salomon offre aux Etats Unis l'île de La Tortue ou le Môle Saint Nicolas, selon leur préférence, avec en échange protection contre la France et l'Angleterre, le paiement par les Etats Unis de la dette nationale, et le don de deux navires pour renforcer la marine haïtienne. La proposition arrive auprès de Chester Arthur, président américain, qui refuse.

En 1971, l’île est vendue par l’Etat haïtien à une compagnie texane en vue d’un aménagement touristique, mais le contrat fut annulé.

Dans un document de propositions que j'ecrivais écrit en anglais apres la tragedie du 12 janvier 2012 intitulé : "How to change and rebuild haiti" auquel l'année derniere j'avais pris la décision de le traduire en francais dont je publierai tres bientot sous le tire de ""Changer et Reconstruire Haiti / Preparatif de la Nouvelle Ayti"", d'ou je faisais les propositions suivantes qui seraient bénéfiques aux Tortugais :                                                                                                                                                                                        

A.- Installation de Système d'énergie éolienne peut produire à: Tête de ligne située à l'est de l'île de la Tortue peut produire de 10 à 30 mégawatts peut-être plus tout dépend de la saison ..                                                                                                                                                                                                                                                                                       

B.- Ile de la Tortue : découpage de ses deux (2) sections communales en quatre (4) en y ajoutant une autre commune dans la deuxieme (2eme) qui pourrait-etre Marouge ou La vallée ou Basse-Terre ou Cayonne tout depend du quartier le plus developpé et plus strategique de l'Ile. NB.- (faut pas confondre Marouge du Mole SN avec Marouge de L'ile de la Tortue)                                                                                                                                                                                                                                                                                

C.- Installation d'un systeme sysmologique sur l'Ile.                                                                                                                                                                                                              

D.- Amenager toutes les plages de l'Ile afin de  la ramener des visiteurs.                                                                                                                                                                            

E.- Constructions d'un Hopital moderne sur l'Ile.                                                                                                                                                                                                                  

F.- Installation et Construction de 5 Sous-Commissariats de Police ayant d'au moins 25 policiers et un service de Garde-Cote Haitienne.

Aujourd'hui pour se rendre a l'ile de la Tortue, les visiteurs ont le choix : soit en bateau marchand ou en avion quand les deux petites pistes d’atterrissage situées  l'une à la Pointe Ouest et et l'autre Haut Palmiste ne sont pas en état de fonctionnement. Il existe une troisième possibilité, c’est le « fly boat » ou « fast boat », une chaloupe à moteurs. Si les voiliers mettent plus d’une demi-heure pour effectuer la traversée de 7 kms de Port-de-Paix - lle de La Tortue, le « fly boat » permet au voyageur pressé de se rendre sur l’île en moins de 20 minutes.

A Pointe Oiseau, le touriste, une fois débarqué, constate rapidement l’absence de l’Etat sur l'ile : aucune infrastructure, aucune présence policière sauf a Haut-Palmiste d'ou on trouve 2 agents de police nationale pour une population de 40.000 habitants, sinon un hôtel « Princess Corporation », quasiment vide, dont le nom a été probablement emprunté par le propriétaire, suite à une visite aux Bahamas où se trouve un grand hôtel du même nom. La seule infrastructure qui existe est un pont construit sur la côte, reliant la route au port. Pointe Oiseau est électrifié, mais attention ! c’est grâce à la cotisation et à l’entente entre les habitants qui se partagent l’énergie fournie à partir des génératrices. D’ailleurs, le soir, on a même l’impression qu’il existe plus de maisons électrifiées sur l’île qu’à Port-de-Paix, la ville d’en face où l’EDH est pratiquement inexistante depuis plusieurs annees.

Pour visiter l’île où circulent environ une cinquantaine de camions et véhicules tout-terrain, le touriste peut solliciter les services de « Princess Hotel » qui peut mettre un chauffeur à sa disposition, moyennant une généreuse gratification pour ce dernier. La route, construite par la population, est étroite et elle est en terre battue. Certaines pentes sont tellement abruptes qu’on s’interroge sur la praticabilité de cette route par temps pluvieuse

de remarquer de superbes constructions sur le flanc des mornes et qui appartiennent vraisemblablement à des « diasporas » ayant vécu à Turc and Caicos, Providentiales, Bahamas ou d’anciens réfugiés en Floride. L’énergie électrique et l’eau courante y sont présentes, et des antennes paraboliques surplombent parfois les toits de ces résidences privées.

Trois stations de radios fonctionnent sur l’lle de La Tortue. La 4VET (Voix Evangélique de La Tortue) relie la plupart des émissions de la 4VEH basée au Cap-Haïtien, Tortue FM et une autre au propriété d'un ancien maire et candidat malheureux à la deputation des dernieres legislatives haitiennes.

A l’lle de La Tortue, les habitants sont accueillants, mais ils laissent l’impression de vivre quotidiennement en attente d’une bonne nouvelle ou d’un projet d’envergure pour leur territoire. A cote des langues etrangeres parlees en haiti l'anglais est tres populaire sur l'ile. Pourrait-on s’empêcher de rêver de Resorts, de Marinas, de terrains de golf, de bateaux de croisière, d’aéroport international, de chaînes d’hôtels dans ce magnifique endroit situé à 1 heure et demi seulement de Miami ou de Fort Lauderdale en Floride ?… Devrait-on prouver l’apport économique auquel, à elle seule, cette île pourrait contribuer, pour le développement de la République d’Haïti ?…Disposant d’une vue superbe de Port-de-Paix et de toute la côte Nord-ouest (décrite par certains comme étant « la pus belle vue de la terre d’Haïti », en particulier de la zone qui va du Cap-Haïtien à Jean-Rabel).Cette position est stratégique, puisqu’elle est située en face du sommet de chaine du Haut Piton.

Pour le moment une association dynamique des habitants de cette région insulaire et un regroupement des enfants de l’lle de La Tortue vivant à l’étranger favoriseraient une prise de conscience ou un réveil des esprits en ce qui a trait à la situation déplorable de ce coin de terre. Ce regroupement pourrait prendre en main la destinée de l’île, sinon exercer des pressions sur l’Etat central qui, jusqu’ici, est non seulement inexistant mais s’est montré désintéressé jusqu’à laisser l’impression d’oublier complètement cette île de 190 Km2 où vivent officiellement 37 à 40.000 âmes, mais on pourrait denombrer juaqu'à 50.000, selon la mentalité haitienne

En visitant cette ile, on vous serait étonné Pourvue d’un beau paysage assez boisé, de belles plages sablonneuses, d’eau potable en provenance de sources naturelles, et d’une agréable température, l’lle de La Tortue est donc un véritable cadeau du ciel et de la nature mais, c’est un vrai gaspillage, un paradis inexploité.

Faillite de l'État, faillite des élites ,Haïti souffre par-dessus tout de l'absence d'État et sa bourgeoisie (on n'ose parler d'«élites») ignore ce que pourraient signifier l'«intérêt national» et le «bien public». Pillant sans vergogne l'aide étrangère, cette bourgeoisie formée à l'étranger cultive un profond mépris pour le peuple. Elle ne se soucie pas d'investir comme dans la République dominicaine voisine dans des activités touristiques, agricoles ou industrielles a la Tortue .

 

Recherches et opinions et propositions de :    Lou Evans Arne      

Tous droits reserves / Copyright : 2010 - 2015

Précédent

Rechercher

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons enki22, broo_am  © 2013 Tous droits réservés.