Le chercheur par excellence !

LISTE DES PRESIDENTS NOIRS DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE

10/02/2017 22:02
Barack Obama n’est pas le premier président noir des Etats-Unis (suite et fin)
La première personnalité à avoir réalisé un travail d’ensemble sur les présidents noirs des Etats-Unis est Joël Auguste ROGERS qui a publié « The five negro presidents U.S.A. ». L’autre figure intéressante, dans le cadre des œuvres sur les présidents noirs est une femme, Dr. Auset BAKHUFU, à travers son œuvre  The Six Black Presidents.La seule différence qui existe entre le travail de BAKHUFU et celui de Rogers, n’est autre que l’ajout de deux nouveaux présidents, et la suppression d’un personnage, qui n’est autre qu’un vice-président que Rogers  a mis dans sa liste. Il s’agit d’Hannibal Hamlin, le premier Vice-président du parti Républicain aux Etats-Unis, durant la première tranche du mandat d’Abraham Lincoln. Le choix par Rogers de porter Hamlin dans la liste s’inscrivait tout simplement dans la perspective d’offrir à ses lecteurs le plus d’informations que possible. Toutefois, la question a la laquelle vous vous attendez plus, c’est qui sont alors ces six présidents noirs des Etats-Unis ?
Je ne sais pas pour quelle raison, d’ailleurs on a beau critiqué Mme Bakhufu pour cela, dans son travail, tout comme Rogers, elle n’a pas fait mention de John Hanson. Or d’autres auteurs en parlent. Mais il faut surtout signaler, qu’on constate une certaine peur chez les historiens, les Noirs surtout, lorsqu’il s’agit soit de dire que c’est vrai ou que c’est faux.
LISTE DES PRESIDENTS NOIRS DES ETATS-UNIS D'AMERIQUE
 
John Hanson
John Hanson (né le 14 avril 1721, mort le 22 novembre 1783) est le premier président du second congrès continental américain.
Il n'y avait pas de photographie en 1783 lorsque le président Hanson est mort pour une telle photographie est une impossibilité physique. John Hanson du 19e siècle libériens sénateur de comté de Grand Bassa, qui le champion de la délocalisation des esclaves et al au Libéria. Enfin, le Président Hanson a été le 3e président des États-Unis assemblés en Congrès, pas le premier. 
Il a été précédé par Samuel Huntington (1er) et Thomas McKean (2e). 
On a une image de la lettre signée par Hanson en tant que président remercier Thomas McKean pour servir en tant que président.
 
Thomas Jefferson (1743-1826)
Dans son travail, Rogers avance : «  Tom Jefferson,  fut le fils d’une  indienne Métis d’Amérique qui lui même fut  d’un père mulâtre de Virginia ».
     Lorsque Rogers nous présente ici le mot mulâtre, comme nous l’avons défini dans l’article précédent, il s’agit de l’accouplement entre un Blanc et négresse ou vice-versa. C'est en effet le  fils d'un nègre ou d'une négresse. Bien que l’ascendance noire puisse paraître  lointaine, l’essentiel c’est que si nous restons dans le cadre de la formule one drop role, Jefferson est étiqueté de Noir.
Andrew Jackson (1767-1845)
    La deuxième personne à figurer sur la liste est Andrew Jackson. Élu à deux reprises (1829 à 1837), celui-ci est le septième président des Etats-Unis d'Amérique...  En ce qui a trait à ses liens de parenté noirs, bien que pas si quantitatif, certains ouvrages traitent de son cas, particulièrement, Ordeal of the Presidency, écrit par David C. Doyle’s et Affairs of Dame Rumor de Jacobson, D. l’argument que nous retenons, est surout celui utilisé par J. A. Rogers, tiré dans la  Virginia Magazine of History (vol. 29 p. 191) qui nous dit :
« Fils d’une femme blanche dont le mari était un nègre qui avait un grand frère qu’on a vendu comme esclave en Carolina. Ce qui donne une allure de vérité  sur ce qu’on dit comme quoi : Jackson était mort, avant qu’André soit né. La mère de Jackson était devenue veuve. Par la suite allait vivre dans une ferme située à Crawford où il y avait beaucoup d’esclaves nègres. Et c’est l’un de ces nègres dans la ferme qui fut le père de Andrew Jackson ».
Abraham Lincoln (1809-1865)
     En ce qui a trait à l’appartenance raciale de Lincoln, il est difficile de se faire à l’idée qu’il soit un Noir ; d’abord, en fonction du fait qu’en partant c’est trop contestable – en ce sens que le statu-quo ne le permet pas - mais aussi parce que ce grand président qui, selon N. M. Butler, est « le protagoniste du progrès dans la nation », puisse avoir une quelconque liaison de parenté noire.
     Toutefois, l’une des personnalités les plus fiables qui a traité du dossier de Lincoln est William Herndon Henri qui, lui et Lincoln, ont fait ensemble des études de droit en  1843 à Yale. Il a publié une Biographie de Lincoln titrée The hidden Lincoln – ouvrage dans lequel il avance que Lincoln avait la peau noire, que ses cheveux étaient beaucoup plus négroïdes que caucasiques (voir n’importe quelle photo de Lincoln et faites vous-même la remarque). La barbe, de Lincoln présente un aspect crépu. Dans ce même ouvrage, l’auteur nous dit que Thomas Lincoln, celui que l’on reconnaît comme étant le vrai père d’Abraham Lincoln ne peut pas l’être parce que celui-ci était stérile dès sa naissance. Etonnant N’est-ce pas ? Ce qui veut dire aussi : les informations disponibles sur Internet qui nous disent voici le nom du père et de la mère de Lincoln sont également fausses.
     Alors, nous admettons que Lincoln est un fils adopté, qu’il ne s’agit pas véritablement de ses parents naturels. Maintenant, quelle est la vraie histoire de Lincoln ? Son vrai père, d’après ce que certains appellent la petite histoire, fut un pauvre blanc du Sud, qui n’avait d’avantage sur les noirs à l’époque, que sa couleur. Cet homme qui se trouvait dans les champs comme tous les esclaves, et qui entretenait des relations avec une négresse, qui par la suite tomba enceinte. Malheureusement, la mère trouva la mort au cours de l’accouchement. Un exemple presque typique du libérateur de Hayti Jean Jacques Dessalines, dont la mère a remis la responsabilité à une femme dénommée tante Tòya (qui allait se suicider) qui, après la mort de la mère naturelle, prendra la charge d’élever le jeune homme dont le destin a fait choix de devenir le premier Empereur noir de l’hémisphère occidental et aussi LIBERATEUR, titre qu’on ne donne pas. C’est ainsi que, malgré qu’on n’avait pas réellement de preuve tangible pour démontrer qu’effectivement la mère de Lincoln était une négresse, mais il était toujours tenu ce discours, que Lincoln est le fils illégitime d’une négresse.
     Lincoln suivant les écrits de plusieurs historiens n’avait jamais connu sa véritable mère. Ce qui lui poussait quotidiennement à se questionner autour de sa vraie origine raciale, surtout lorsqu’il tient compte de ce qui circule sur sa personne. Au niveau de la Presse, très souvent on intervenait au sujet de sa couleur. On raconte que très souvent il tentait de se suicider. Toutefois, étant donné que la Presse touchait toute sorte de sujet à propos de lui, on se demandait toujours - pour les très curieux bien sûre - si ce n’était  pas l’origine de sa mère, vu qu’il vivait dans une société très ségrégationniste, qui  lui poussait au suicide?
     Quand bien même, pour plusieurs raisons il y a lieu de se fier aux dires de Herndon, parce que non seulement celui-ci était proche de Lincoln - qui est tout de même une raison la plus valable – mais aussi parce que de nombreux autres historiens étayent sa biographie, plus particulièrement les travaux de Rogers, ceux de Bakufu et à ajouter aussi les recherches de  Vaughn qui affirment que la mère de Lincoln est venue d’une tribu africaine, plus particulièrement de l’Ethiopie.
Un vice-président noir aux Etats-Unis
     Au départ, lorsqu’ était proposé Hamlin comme vice-président, l’opinion publique se mettait  à poser un tas de questions. On se demandait par exemple : quelles sont les répercussions que cela pourrait avoir sur les Etats-Unis si un Noir soit Vice-président ? En tant que vice-président, on l’attaquait beaucoup plus que Lincoln. A la seule différence, il s’assumait beaucoup plus lui aussi. Si le président Lincoln faisait des réserves, il était quant à lui clair sur sa position. Il a lui-même affirmé qu’il était nègre et qu’il n’avait rien à craindre ni à avoir honte de ce qu’il est. Face à un opposant, un leader sécessionniste qui disait de lui « Hannibal, c’est homme c’est ce qu’on appelle un mulâtre », Hamlin a répondu : « ma couleur vient de la nature. La vôtre, la plus honorée, vient d’une déformation ».
Warren G. Harding (1865-1923)
     Parler du président Harding, dans le sens qu’il est noir nous renvoie d’abord à la grande figure professorale Willliam Chancellor, qui a décidé malgré pressions et menaces reçues, de promouvoir cette vérité.
     Cet homme né à Blooming  Groove dans l’Etat de l’Ohio, Warren G. Harding, est le vingt-neuvième président des Etats-Unis. Son père fut un mulâtre qui avait une bouche épaisse, des yeux onduleux et une peau chocolatée. En plus, certaines recherches avancent qu’il y a également du coté de sa mère, une partie d’ancêtres Noirs. Recherches que nous ne sommes pas encore prêts à soutenir en fonction bien entendu de la carence de rationalité. Pour retourner à notre sujet, lorsqu’on eut à toucher ce sujet aux Etats-Unis (le négroïde de Harding), il a fait l’objet de grandes discussions et de grands débats dans certains milieux. Whendelle P. Dabrey, un éditeur  noir de l’époque, a lui-même déclaré que bien avant qu’on aborde le coté négroïde du président, il était lui-même déjà au courant.
     Plusieurs ouvrages et articles de journaux, publiés par différentes personnalités plus ou moins bien imbus de l’affaire ont bondi sur la scène. Certes il s’agissait d’un débat intéressant, mais on doit s’y attendre, que la Maison Blanche n’allait pas le voir d’un bon œil. Et justement, le Département d’Etat de Justice par le biais de l’un de ses spécialistes, a fait une proposition consistant à récupérer tous les documents déjà publiés en ce sens, trouver un lieu d’Etat et secret pour les brûler, afin d’étouffer l’information, d’après ce qui est apporté dans The Strange Death of the President Harding. Bizarre : toutes les publications étaient devenues rares, au point qu’il ne restait à une certaine époque, officiellement que trois copies The Strange Death of the President Harding.
Calvin Coolidge (1872-1933)
     Bakufu nous dit que Calvin Coolidge, a lui-même proclamé que sa mère était brune, à cause dit-il, du mélange indien qu’elle avait au niveau de ses ancêtres. L’auteur nous raconte que dans les années 1800 tous les indiens étaient des purs indiens. Le nom de jeune fille de la mère du président Calvin Coolidge était Moor. En Europe, c’est un nom qu’on ne donne qu’aux Noirs, tout comme on fait aux Etats-Unis. Sur ce, la Dr BAKUFU  conclut pour dire que Calvin Coolidge, le trentième président des Etats-Unis détient du sang noir dans ses veines, ce qui fait de lui pour ainsi dire un Noir.
     L’approche en fait, est très sensée, parce que si effectivement dans les années 1800 le nom ou qualificatif de Moor n’était accordé qu’aux Noirs, comment se fait-il que le nom de jeune fille de sa mère soit Moor ? Et disons en passant que n’importe quel Noir non plus ne pouvait être appelé Moor, sauf pour les rebelles qui n’acceptaient pas la soumission, et l’esclavage. Malgré l’esclavage des Noirs, on doit souligner que les Moor circulaient et commerçaient normalement avec les Blancs. Ils étaient forts et puissants. Ils avaient leur propre armée. 
Dwight David Eisenhower (1890-1969)
     Jusqu’à date, suivant les dernières recherches effectuées à ce sujet, le dernier président qualifié de noir qui soit investi aux Etats-Unis avant Barack H. Obama est Dwight David Eisenhower qui a occupé la Maison Blanche de 1953 à 1961. La mère du président Eisenhower, Ida Elizabeth Stoover fut une mulâtresse. Il fait partie des présidents des Etats-Unis ayant réalisé le plus de choses en faveur des Noirs. Seulement un an après son arrivée au pouvoir, la Cour Suprême des Etats-Unis interdit la ségrégation dans les écoles publiques.
     Si nous prenons un exemple assez connu, où lorsqu’en octobre 1955, une étudiante noire fut admise dans une Université d’un Etat du Sud, l’Alabama, la situation était tellement difficile que le président Eisenhower lui-même a du faire intervenir l’armée pour obliger certaines écoles à s’ouvrir aux élèves noirs.
     Nous savons aussi qu’il est le premier président, ayant interdit la discrimination raciale dans les Usines et autres lieux et le premier aussi après la RECONTRUCTION à rencontrer les leaders  des droits civils à la Maison Blanche. C’est au cours de son mandat également fut voté l’amendement qui donne le droit de vote aux Noirs aux Etats-Unis. Entre temps, il faut signaler que ce vote ne se fit pas sans difficultés, car un Sénateur raconte-t-on, utilisa son droit de parole pour faire un discours de vingt-quatre heures vingt-sept minutes – un record – afin  de retarder le vote du Sénat.
En dehors de toutes ces énumérations, il existe encore une autre tranche d’histoire des Etats-Unis d’Amérique qui suscite pas mal de questionnements, qui font tomber sur des vérités, ou dirait-on de préférence, des informations, qui font planer des doutes énormes sur l’histoire officielle des Etats-Unis d’Amérique en soi. Au point que l’on retrouve des données qui soutiendraient l’éventuelle possibilité qu’un Noir soit président des Etats-Unis, bien avant que l’on ait désigné Georges Washington. Tel est l’objectif du chapitre suivant.
CONCLUSION
Si nous acceptons que Barack H. Obama est un Noir - or s’il l’est, ce n’est autre que parce que son père l’est, d’où l’application de la formule « one drop role », on doit tout aussi admettre que Barack Obama n’est pas le premier. Pourquoi ? D’autres présidents des Etats-Unis, avaient aussi des liens de parenté noire. Ces différentes personnalités présentées ci-dessus, ont certes la peau blanche (black blood, white Masks), tenant compte du fait qu’ils ont comme Obama des parents noirs, ils doivent être tout comme lui reconnus en tant que tel. Dans la mesure où, pour vous, Obama n’est pas un Noir, ces autres présidents ne le sont non plus. Mais si vous accepté Obama comme tel, je continuerai à soutenir que Obama n’est pas le premier.
Précédent

Rechercher

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons enki22, broo_am  © 2013 Tous droits réservés.